Les différentes formes modernes de la famille.

III. La famille moderne.

       La famille nucléaire est composée d'un couple avec un ou plusieurs enfants. Dans cette forme de la famille, les relations sont tenues par un lien électif, c'est-à-dire que le lien familial fait l'objet d'une régulation affinitaire; contrairement au lien de la famille traditionnelle qui faisait l'objet d'une régulation statutaire : un lien plus normé que l'on ne discute pas s'imposant aux individus et fait dépendre les formes de relations en fonction des liens de parenté. En fait, les individus se choisissent et peuvent rompre ce lien électif à tout moment, c'est ce qui fait la fragilité de ce lien et parfois même des familles.

On retrouve ce lien électif au sein même du couple, d'où la fragilité d'un grand nombre de couples de nos jours. Tout comme dans l'ensemble de la famille, hommes et femmes se choisissent et sont libres de revenir sur le choix à tout moment. De plus, les membres ont deux désirs distincts mais contradictoires : d'une part, ceux-ci désirent être ensemble mais ,d'un autre côté, ils veulent de la liberté. On constate qu'en 1960, le taux de divortialité était de 1,5% alors qu'en 2001, celui -ci a atteint les 2,1%, y a-t-il un rapport entres ces chiffres et le lien electif ? On peut dire que oui puisque que le taux de divortialité élevé illustre la fragilité des couples qui se séparent et divorcent plus faciliment qu'il y a une cinquantaine d'années.

Entre les frères et soeurs, ce lien est encore plus présent. Si il n'y a pas d'entente entre eux, le lien est rompu très facilement, tout comme celui que les enfants entretiennent avec leurs parents, surtout pendant la periode de l'adolescence ou la pré-adolescence. Ce phénomène peut s'expliquer, en partie, par l'individualisation des personnes : il s'agit du processus où les personnes "se renferment" sur elles-même, elles ne dependent plus des autres mais seulement d'elles-mêmes en s'appropriant leur vie. Les technologies d'information et de communication (internet, television, telephones portables) ont accentués cette tendance des individus à se retirer du groupe, de la collectivité. Cela a peu à peu poussé les individus à s'émanciper et donc faire passer sa personne avant les autres. C'est ce qui se passe avec les groupes de pairs, mais en premier et surtout dans les familles.

On peut aussi penser qu'autrefois, les frères et soeurs s'entraidaient, notamment face à l'autorité parentale, c'est une forme de la fraternité, de solidarité que l'on trouve moins de nos jours car c'est probablement le lien electif qui l'a remplacé.

       On peut donc dire que le type de famille dans lequel nous vivons de nos jours est plutôt une instance de négociations, un lieu d'échanges.

 

       Même si les grands parents ne vivent plus avec leurs enfants et petits enfants comme c'était souvent le cas dans le carde de la famille traditionnelle, ceux-ci on toujours une place dans la famille. Les enfants du couple contribuent à ce lien et ceci dès leur naissance, lors de la naissance d'un enfant les grands parents vont se rapprocher de leurs enfants et leurs petits enfants car c'est un grand moment d'emotion pour eux. Cet evennement marque pour eux la véritable poursuite de la lignée. Ensuite, de plus en plus de femmes demandent à leurs mères de garder leurs enfants, ce qui renforce un lien special sous une forme de solidarité mère-fille.

Donc, même si certains liens entre les diverses membres d'une famille se sont brisés, de nouveaux liens on fait leur apparition.

 

       En ce qui concerne l'autorité, elle ne repose plus sur le père uniquement mais celle-ci est generalement divisée entre le père et la mère. Le patriarcat est remplacé par une autorité parentale conjointe, même si ce n'est pas toujours le cas et que, bien souvent, le père garde tout de même la majorité de l'autorité, il reste un peu le chef de famille sans pour autant que ce soit de la même manière qu'autrefois : il y a plus de souplesse dans les decisions ou autorisations accordées aux enfants, parfois il est moins sévère.

Tout comme l'autorité, les taches ménagères autrefois réalisées uniquement par les femmes qui étaient souvent mères au foyer sont maintenant, dans certaines familles, divisées dans la famille, mais cette fois pas seulement au sein du couple mais aussi avec les enfants.

 

 

        Les familles ont ainsi évoluées, entrainant un developpement d'autres types que la famille nucléaire.

Tout d'abord, suite a une rupture et/ou un divorce, les familles monoparentales : il s'agit des familles où un parent éleve seul son ou ses enfant(s). Ce type de famille existait déjà auparavant, mais il était plutôt du à un déces, dans ce cas, le parent élevant ses enfants est veuf. En 1999, 12,9% des familles avec enfant(s) étaient monoparentales et 13,9% en 2OO7 selon l'Insee. Ce sont bien souvent les femmes qui élevent seules leurs enfants : elles repésentent près de 84,5% des 2427,1 milliers de familles monoparentales recensées en 2007 par l'Insee. Mais par rapport à l'ensemble des ménages, on constate une augmentation des familles monoparentales car en 1968 elles representaient 2,9% de l'ensemble des ménages contre 7,4% en 1999.

Il y a aussi le cas de la famille recomposée, l'union de deux personnes dont au moins une est divorcée et a des enfants. Cette forme de famille découle donc, tout comme un grand nombre de familles monoparentales, d'un divorce.

 

       Ces familles témoignent la fragilité du lien electif, au cours des années, des decennies, de plus en plus de couples se séparent, brisant des familles, ceci entrainant parfois l'apparition d'autres types de familles, lorsque les individus dcident de "refaire leur vie" . Il y a donc bien eu une évolution de la famille au cours du temps, grâce à l'évolution des pensées et des lois comme celles sur le divorce.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site